Des chercheurs australiens ont découvert une nouvelle méthode pour traiter l’obésité en bloquant directement un récepteur dans les cellules graisseuses et en accélérant la dépense énergétique. Un médicament expérimental prometteur a été développé ciblant ce récepteur et il s’est avéré efficace pour prévenir l’obésité chez la souris.

Le neuropeptide Y (NPY) est un peptide produit par le système nerveux central et est connu pour jouer un rôle dans divers processus physiologiques. Des niveaux élevés de NPY sont liés à une augmentation de l’appétit et à une prise de poids , tandis que de faibles niveaux augmentent la dépense énergétique, aidant le corps à brûler les graisses au lieu de les stocker.

Le NPY est un régulateur du métabolisme qui joue un rôle essentiel dans les états de faible apport énergétique, où il aide à stocker les graisses comme mécanisme de survie», explique Herbert Herzog, co-auteur principal de la nouvelle étude. Aujourd’hui, cependant, ces effets avantageux peuvent exacerber la prise de poids induite par le régime alimentaire, conduisant à l’obésité et à des maladies métaboliques.

L’un des principaux récepteurs cellulaires que NPY utilise pour exercer ses effets est appelé Y1. La nouvelle étude a cherché à savoir si le blocage de l’activité des récepteurs Y1 dans les tissus périphériques pourrait augmenter le métabolisme des graisses et empêcher essentiellement la prise de poids.

En utilisant un modèle d’obésité murin, les chercheurs ont testé un médicament expérimental conçu pour bloquer la signalisation Y1 dans le tissu adipeux appelé BIBO3304. Yan-Churn Shi, co-auteur principal de la nouvelle étude, a déclaré qu’après environ sept semaines de régime riche en graisses, les souris BIBO3304 avaient pris 40% de poids en moins qu’un groupe témoin suivant le même régime.

«Cette réduction significative du gain de poids corporel a été causée par une augmentation de la production de chaleur corporelle et une réduction de la masse grasse», explique Shi.

De plus, lorsque [nous] avons appliqué BIBO3304 à des cellules graisseuses humaines isolées d’individus obèses, nous avons constaté que les cellules ont commencé à activer les mêmes gènes impliqués dans la production de chaleur que ceux des souris, ce qui suggère que le ciblage de la voie du récepteur Y1 peut augmenter de la même manière. métabolisme des graisses et réduire la prise de poids chez l’homme.

L’aspect le plus prometteur de la nouvelle recherche est la façon dont la signalisation du récepteur Y1 semble être principalement limitée aux cellules graisseuses. Des tentatives antérieures pour inhiber les mécanismes du NPY ont conduit à de larges effets secondaires systémiques, le rendant irréalisable en tant que traitement anti-obésité, mais se concentrer uniquement sur les récepteurs Y1 peut être la clé pour que ce traitement fonctionne.

Non seulement les chercheurs ont découvert que le BIBO3304 ne traverse pas la barrière hémato-encéphalique, ce qui signifie qu’il ne perturbera pas les autres processus NPY dans le cerveau, mais il peut y avoir des avantages secondaires au blocage de la signalisation Y1, y compris des améliorations de la résistance à l’insuline et de la fonction cardiovasculaire.

Bien sûr, la recherche n’en est encore qu’à ses débuts, avec beaucoup de travail à faire avant qu’un médicament anti-obésité pour les humains puisse être testé. Mais la grande découverte prometteuse ici est qu’il existe un grand potentiel pour prévenir l’obésité en perturbant ce système récepteur NPY-Y1.

La plupart des médicaments actuellement utilisés pour traiter l’obésité visent le cerveau pour supprimer l’appétit et peuvent avoir des effets secondaires graves qui limitent leur utilisation. Notre étude révèle une approche alternative qui cible directement les tissus adipeux, ce qui pourrait être un moyen plus sûr de prévenir et de traiter l’obésité.