Les chirurgies de l’obésité, le By Pass, l’anneau gastrique, la sleeve permettent d’induire une perte pondérale importante. De nombreuses études montrent que la chirurgie bariatrique permet aux patients souffrant de l’obésité morbide de perdre rapidement beaucoup de masse grasse. Mais précisons le bien, les personnes opérées ne perdent pas du poids de la même façon. Certains facteurs influencent le processus de la perte pondérale.

 

opération pour maigrir en Tunisie

Le type de la chirurgie de l’obésité

La pose d’un anneau gastrique permet une perte pondérale entre 20 et 30 kg. Une sleeve entraine une diminution de poids allant de 25 à 35 kg alors que la technique de Bypass permet de perdre entre 35 et 40 Kg. Comme vous l’avez donc constaté, le geste opératoire a son  impact sur la cinétique de perte. Le type de la chirurgie agit également sur le degré de confort digestif comme les vomissements et les reflux. À titre d’exemple, les vomissements sont plus fréquents après une gastroplastie qu’après une sleeve gastroplastie.

 

Ancienneté de l’obésité

La chirurgie bariatrique traitant le cas d’une personne obèse depuis 05 ans, permet d’obtenir une perte de masse grasse qui ne sera jamais la même chez un sujet souffrant de l’obésité depuis 25 ans. Il existe une explication. Chez le deuxième cas, la perte est moindre. En effet, le patient touché par une obésité depuis de nombreuses années,  présente souvent une fibrose et une inflammation des tissus adipeux. Ces derniers, ont longtemps résisté à la perte pondérale. Avec le temps, ils ont développé une grande capacité de résistance. Donc, plus la graisse est fibrosée plus la perte de poids est limitée.

 

Sexe et âge

Les hommes et les femmes ne présentent pas le même métabolisme énergétique.  De même, en ce qui concerne, la composition corporelle et la répartition des amas graisseux. Donc, il est tout à fait logique que la perte de poids ne se déroule pas de la même façon. Les hommes perdent du poids plus vite que les femmes. L’âge, a aussi un impact négatif sur la perte pondérale puisqu’il réduit notre métabolisme. Donc, plus on avance dans l’âge plus notre métabolisme est moins performant.

La prédisposition à stoker de l’énergie (présence d’un facteur génétique), ralentit également la perte pondérale.

 

La répartition de la graisse

La répartition des amas graisseux contribue également à rendre la perte pondérale plus ou moins rapide. Cela dépend de l’emplacement dans lequel, la graisse s’est accumulée. La graisse abdominale entraine de nombreux risques sur la santé comme le risque cardio-vasculaire. La graisse qui se localise au niveau des hanches, est, par contre, protectrice. Pour se défendre, le corps perdra rapidement la graisse abdominale qui pour lui présente un réel danger. Ainsi, les sujets ayant un surplus graisseux au niveau de l’abdomen (androïde) perdront du poids plus que les patients du deuxième cas (ceux ayant une graisse excédentaire au niveau des hanches).

 

Les régimes à répétition

Faire de nombreux régimes favorise ce qu’on appelle le yoyo pondéral :  avec le temps, l’organisme s’est habitué à la perte pondérale et a par conséquent, pu  développer  ses capacités de résistance face à ce phénomène, considéré comme une sorte de super régime. Voilà pourquoi il n’est pas toujours conseillé de faire plusieurs régimes. Cela incitera le corps à ralentir la perte de poids après une chirurgie de l’obésité.

 

Le suivi après une chirurgie bariatrique

Après une chirurgie bariatrique, qu’elle soit une gastroplastie, une sleeve ou un bypass, le patient doit être régulièrement suivi par son chirurgien traitant. Les premiers mois suivant l’intervention, la chirurgie entraîne une perte pondérale importante.  Selon de nombreuses études sérieuses, le poids peut remonter si le suivi post-opératoire n’a pas été correctement fait. En effet, sans suivi régulier, le patient ne sera jamais capable d’adapter l’hygiène alimentaire nécessaire après l’opération. Ce qu’il faut faire après la chirurgie ne consiste pas à regarder sa biologie en suivant les carences ou à se peser seulement. Il faut absolument adapter une nouvelle hygiène de vie pour que les changements obtenus soient durables dans le temps. La chirurgie de l’obésité réussit certes à réduire considérablement le poids du patient mais, elle nécessite un vrai travail sur le comportement alimentaire afin de bien atteindre ses objectifs.